Author: rcuadmin

32 personnes se sont manifestées afin que leur stock de CD et DVD usagés  soit incorporé dans la fabrication du câble sous-marin Dunant.

Parmi ces 32 personnes toutes ont spécifié par ailleurs qu’elles étaient prêtes à acheminer elles-mêmes leur stock dans une boutique Orange, excepté un participant qui a émis une condition tout à fait compréhensible. 

Découvrir les 32 participations

Pour rappel l’intérêt de remettre les stocks en boutique Orange provient du fait que la société a été sollicité dans la construction du câble par Google qui en est le propriétaire. Il m’est apparu comme une évidence de solliciter le réseau de boutique Orange qui maille la France entière comme point de collecte des CD et DVD usagés.

Les participations sont presque exclusivement issues d’un ancien projet dont j’ai été l’initiateur de 2007 à 2016 intitulé “1 million de DVD pour la planète” et qui visait à empêcher que les CD et DVD usagés n’atterrissent dans nos poubelles mais trouvent le chemin d’une valorisation notamment par recyclage. Un peu plus de 1600 personnes disséminées sur toute la France ont été participantes de ce projet. Je les ai donc contactées à l’occasion de cette opportunité d’utiliser la matière polycarbonate constituante des CD et DVD usagés dans la fabrication du câble sous-marin Dunant. Je ne doute pas que les autres participants de ce projet ‘1 million de DVD pour la planète’ qui n’ont pas souhaité se manifester, ou tout au moins une partie d’entre eux, nous rejoignent finalement dès lors qu’Orange et Google considéreront avec intérêt l’idée d’utiliser la matière polycarbonate des CD et DVD usagés dans la construction du câble Dunant. Plus globalement encore, il y a de nombreux français qui disposent encore chez eux de CD et DVD et qui finissent par s’en débarrasser en les jetant ou qui sont tout prêts de le faire car il n’existe pas de filière de valorisation de ces supports en France. Bien sûr il existe les ressourceries qui peuvent les obtenir mais mon expérience longue avec ces supports m’a démontré que ces lieux ne pouvaient pas toujours leur garantir une seconde vie honorable (par revente essentiellement) et bon nombre de stocks finissaient par les encombrer et leur restaient sur les bras sans autre destination finalement que la poubelle. Il y a vraiment un gâchis de matière vis à vis de ces supports (le polycarbonate est issu du pétrole lui-même ressource non renouvelable) et il serait salutaire que l’on trouve le moyen de stopper cette hémorragie d’autant encore une fois que les stocks chez les particuliers sont encore nombreux, même si certes ils s’amenuisent année après année.

Maintenant il reste 2 points à éclaircir : est-ce que le câble sous-marin Dunant utilise effectivement du polycarbonate ? Il y a effectivement matière à se poser la question. Et si oui, est-ce que l’utilisation du polycarbonate issu des CD et DVD usagés conviendra aux exigences techniques de fabrication du câble Dunant ?

Il n’y a que Orange et Google pour nous répondre sur ces aspects.

Mes sollicitations ici et pour les intéresser à se servir des CD et DVD usagés dans la fabrication du câble sont restées jusqu’à ce jour sans réponse. 

Dans un précédent billet je mentionnais que j’avais repris contact avec le recycleur de CD et DVD usagés français qui avait collaboré à mes initiatives préalables en faveur de ces supports en mentionnant que celui-ci n’a pas émis la volonté de nous suivre à cet instant.

Au cours de notre échange par email il a en outre estimé que la couche blanche de matière qui apparait sur la photo ci-dessous n’était pas du polycarbonate comme je le supposais jetant le doute sur la présence effective de cette résine de plastique dans la composition des câbles sous-marins. Selon lui cette couche blanche correspond à un compound de polyéthylène et de silane.

Si mes recherches menées en faveur des câbles sous-marins m’avaient initialement conduit à identifier la présence de polycarbonate en leur sein, je me suis ces derniers jours livré à une recherche plus approfondie pour en tirer de nouvelles conclusions.

J’ai identifié 4 cas de figure distincts :

1 – les câbles ne contiennent pas de polycarbonate mais du polyéthylène : c’est le cas sur cette illustration (page 13), sur cette autre illustration et également sur celle-ci et celle-là.

2 – les câbles contiennent bien du polycarbonate et pas de polyéthylène, comme le montre cette illustration, celle-ci et celle-là.

3 – les câbles contiennent à la fois du polycarbonate et du polyéthylène comme expliqué dans un passage sur cette page : “Les câbles sous-marins sont constitués d’un noyau de fibres optiques (…) protégé par des enveloppes d’aluminium, de cuivre, de polycarbonate et de polyéthylène d’une épaisseur globale de 17 à 21 millimètres.”

4 – les cables contiennent une enveloppe ou gaine isolante, comme le font apparaitre cette page ainsi que cette illustration.

Concernant ce dernier point (le 4) on peut s’interroger sur la matière constituante de cette couche isolante, les sources citées n’en faisant en effet pas mention. S’agit-il d’une couche constituée de polycarbonate ou de polyéthylène ?

Impossible donc de trancher de manière évidente sur la présence effective ou non de polycarbonate dans les câbles internet sous-marins. Certaines illustrations et photos trouvées sur le web en font apparaitre, d’autres non. Seuls les fabricants de câbles seraient en mesure de nous éclairer sur ce point.

Les compléments ont vocation à apporter un éclairage ou une matière supplémentaire en vue d’étayer ou de compléter le contenu de l’article initial. Ils peuvent être un passage tiré d’un article, une donnée, un graphique. Ils peuvent être également le fruit de vos travaux et recherches personnels.

Vous pouvez apporter un complément →

Ci-dessous les compléments déjà apportés ↓

Filtrer les compléments par thématique : [php_everywhere]

J’ai repris contact avec les participants de l’initiative défunte intitulée 1 million de DVD pour la planète (un aperçu iciici et ) dont j’ai été l’initiateur et animateur de 2007 à 2018. Parmi les contactés, 27 personnes ont répondu à l’appel. Non seulement ils s’engagent à stocker leurs CD et DVD usagés afin que ceux-ci soient utilisés dans la fabrication de câbles internet sous-marins mais ils sont d’accord en outre pour acheminer leur stock dans une boutique Orange afin qu’il serve spécifiquement à la fabrication du câble Dunant co-réalisé par Google et Orange dans le courant de l’année 2020. 

Les 27 participations cumulent un total de 7 161 disques numériques usagés. 

Certains ont apporté une photo de leur stock comme je les y invitais.

Visionner la page des 27 participations

Si vous disposez d’un stock de CD et DVD usagés chez vous et que vous souhaitez vous ajouter à la liste des participants, utilisez le formulaire de participation par ici

J’ai en outre repris contact avec le recycleur de CD et DVD usagés français qui avait collaboré à mes initiatives préalables en faveur de ces supports et dont je faisais allusion dans mon article initial mais celui-ci n’a pas émis la volonté de nous suivre à cet instant.  

J’ai réalisé un formulaire en ligne permettant à chacun de manifester son soutien concrètement à l’idée exprimée dans le billet précédent et qui consiste en un stockage de ces CD et DVD usagés à des fins d’éco-conception des câbles sous-marins et plus spécialement du câble Dunant que Google prévoit de poser en collaboration avec Orange.

J’y ai apporté ma participation visible sur la page générale des participants.

Dans l’article je propose 4 actions pour répondre à la menace que fait peser la pollution plastique sur les câbles sous-marins. L’une d’entre elles, la 2ème, suggère d’entamer une éco-conception des câbles sous-marins :

<< Les câbles sous-marins sont constitués de différents matériaux et notamment de plastiques (polyéthylène et polycarbonate). Un premier volet de cette éco-conception consisterait à recourir pour ce qui concerne les prochains câbles en préparation, et notamment le projet Dunant conjointement mené par Orange et Google (39), à du polyéthylène et du polycarbonate recyclés. >>

Comme vous pourrez le constater sur la page source de cette image, la partie n°5 des câbles est constituée de polycarbonate autrement dit de plastique (code 7 du système international de codage d’identification des résines). Il s’avère que les CD et DVD que nous achetons dans le commerce sont fabriqués à partir de polycarbonate. On y trouve également de l’aluminium sur la surface des CD et DVD sous forme d’une fine couche mais le polycarbonate représente plus de 95% de la matière utilisée.

Pourquoi ne pas recycler les stocks de CD et DVD usagés que nous détenons chacun chez nous pour fabriquer des câbles sous-marins et notamment celui de Google, le câble Dunant, prévu pour le courant de l’année 2020 et auquel l’opérateur français Orange sera associé ?

Je constaté qu’il y a encore des quantités importantes de CD et DVD usagés chez l’habitant mais aussi au sein des entreprises pour avoir oeuvré moi-même de 2006 à 2018 à changer la condition des CD et DVD usagés. Durant cette période j’ai en effet animé à titre privé un site web intitulé 1 million de DVD pour la planète aujourd’hui hors ligne (un aperçu ici, ici et ) qui incitait les détenteurs de CD et DVD usagés à ne pas les jeter à la poubelle mais à la conserver chez eux dans l’attente d’une solution de valorisation par recyclage. Cette initiative a rencontré un certains succès associant jusqu’à 1700 personnes partout en France et épargnant environ 250 000 disques numériques de la poubelle. Constatant qu’une filière ne voyait toujours pas le jour j’ai même entrepris en 2014 de la créer en y associant les parties prenantes du cycle de vie des disques numériques, d’abord de façon amateur puis à partir de 2016 en créant une entreprise pour m’y consacrer quotidiennement et donner ainsi plus de chance à la démarche. J’étais l’architecte de la filière. Il y a eu quelques succès et soutiens mais insuffisants cependant pour installer mon entreprise dans une perspective plus longue si bien qu’après 2 ans d’activité j’ai dû tout stopper.

Avec un projet concret comme celui de la fabrication des câbles sous-marins, les CD et DVD usagés pourraient trouver une seconde vie très honorable sachant qu’en France il n’existe pas de filière de recyclage ‘officielle’ et structurée pour ces supports numériques. En conséquence ils finissent par rejoindre la poubelle de déchets ménagers classique pour être ensuite enfouis ou incinérés, nous privant du pétrole dont ils sont constitués. Il existait cependant quelques recycleurs de CD et DVD usagés dans l’hexagone qui alimentaient ensuite de façon ponctuelle l’industrie de la plasturgie avec les quantités de CD et DVD usagés recyclés mais ils ont tous fini par stopper leur investissement en faveur de ces supports notamment pour des raisons de difficultés de collecte. Les quantités collectées n’étaient en effet pas suffisantes pour garantir un retour sur investissement suffisant. Lorsque j’ai mis fin à mon activité pro en faveur d’une filière de valorisation de ces supports il restait cependant un dernier recycleur qui les obtenait toujours et avec qui j’avais établi un partenariat. Peut-être est-il encore en mesure d’en recycler… Il s’agirait de le contacter pour s’en assurer. 

Le polycarbonate n’est qu’un matériau constitutif des câbles sous-marins certes, mais il pourrait ouvrir la voie à une éco-conception complète des câbles sous-marins.

Voici une photo prise aujourd’hui 14 décembre 2019 de mon stock de CD et DVD usagés. Il y en a 1040. J’en ai encore dans mon débarras que je vais rajouter à ce premier stock.

Piles de CD usagés prêtes à être utilisées pour la construction de câbles sous-marins 

Nous pourrions déposer nos stocks dans les boutiques de l’opétateur Orange partout en France pour qu’ils soient ensuite acheminés vers un recycleur de CD et DVD usagés.

J’ai ouvert une page avec un formulaire où chacun peut manifester son souhait de voir son propre stock de CD et DVD usagés alimenter la fabrication de câbles sous-marins. Les participations seront communiquées à Google et Orange pour qu’ils rejoignent l’idée et la traduisent concrètement par un réseau de collecte en France en se servant donc des boutiques Orange.

Par ici →



Chère cliente, cher client,
Merci d’avoir choisi nos services pour vos emails. Je m’appelle Gunter Eberling. Mon équipe et moi-même développons de nouveaux produits tels que Email Basic et Email Business.
Chaque compte email 1&1 IONOS inclut un accès à l’outil Webmail qui vous permet d’y accéder rapidement et en toute simplicité depuis tout appareil connecté à Internet !
Webmail vous permet également de : * gérer votre agenda, vos tâches et contacts * gérer des listes noire et blanche pour bloquer ou autoriser automatiquement les adresses email de votre choix * bénéficier de la saisie semi-automatique des adresses email * sécuriser votre compte email grâce, notamment, à la détection des emails de phishing
Essayez-le en quelques clics ! Identifiez-vous à l’aide de votre adresse email et de votre mot de passe à l’adresse suivante : www.ionos.fr/login-webdesk
Retrouvez de précieuses indications sur l’utilisation du Webmail à l’adresse suivante :
www.ionos.fr/assistance/index.php?id=2498
Cordialement,
Gunter Eberling Responsable Relation Client